Recyclage des déchets organiques : composteur et lombricomposteur

La société d’opulence dans laquelle nous vivons a certes permis une élévation de nos niveaux de vie, mais elle est aussi la source d’une forte augmentation des déchets ménagers dans notre pays. En effet, chaque citoyen suisse produit à lui seul plusieurs centaines de kg de déchets par an. Parmi ces déchets, il y a ceux que l’on nomme communément les déchets verts, c’est-à-dire les déchets qui sont organiquement recyclables.

Savez-vous que nos poubelles contiennent en moyenne près d’un tiers de déchets verts ? En revalorisant ces déchets en une terre fertile vous éviter leur incinération polluante pour l’environnement et coûteuse pour notre société. Un petit geste très efficace pour lutter contre le réchauffement climatique, mais aussi aux économies d’énergies et à une réutilisation des matières premières recyclables. Sans oublier aussi l’acte citoyen que cela représente, geste permettant de réduire la charge financière pour la collectivité !

Pourquoi recycler ses déchets verts ?
Tous les déchets organiques peuvent être recyclés à l’aide de techniques très simples comme le compost et le lombricompost. La substance ainsi produite est équivalente à du terreau. Elle permet d’enrichir la terre, de la rendre plus fertile et garantira le succès de votre jardin ou de vos plantes d’appartement. Saviez-vous d’ailleurs qu’il existe des installations de compostage qui sont à même, suivant un processus de méthanisation, de produire un biogaz qui peut être converti en électricité ?
Quelques structures pionnières fonctionnent déjà sur ce modèle-là. Par exemple en Suisse romande le « Chalet des Enfants », restaurant très apprécié des Lausannois valorise tous ces déchets de cuisine grâce à l’installation de méthanisation de la ferme communale des Saugealles.

Alors ce mois-ci, on vous donne le mode d’emploi pour réussir un superbe compost qui vous garantira de belles fleurettes sur votre balcon ou dans votre jardin cet été !

C’est très simple !
Pour commencer, voilà la liste des éléments à collecter sans modération :
  • A la maison : épluchures (mais pas les agrumes non bio car ils contiennent des fongicides), restes de repas, café et thé, coquilles d’œufs, fleurs fanées, plantes d’appartement et de balcons et les cendres de cheminée.
  • Dans votre jardin : résidus de récolte, feuilles mortes, déchets de tonte et de taille et mauvaises herbes.
Et pour ne pas gâcher la belle alchimie qui va se développer entre tous ces aliments, n’y ajoutez jamais de déchet non organique sous peine de souiller le tout avec des composants toxiques. Les déchets tels que les litières minérales pour animaux, les couches-culottes, les balayures, le contenu des cendriers ou encore les piles ne font pas partie des déchets organiquement recyclables…NE VONT PAS AU COMPOST !

Consultez par ailleurs le Guide du Jardin Naturel de la CIPEL.

Puis choisissez la méthode!
Deux techniques existent : le compostage ou le lombricompostage, qui sont toutes deux des techniques qui ont faits leurs preuves.
  • Le compost
    Le compostage est la solution idéale si vous avez un jardin. Super simple, vous n’aurez plus qu’à acquérir une seconde poubelle, pour votre cuisine dans laquelle vous stockerez les déchets organiques avant de les rapatrier dans votre compost au jardin. Votre compost doit être suffisamment aéré pour que la faune s’y développe à l’aise. Pour cela, alternez différents éléments en couches successives : feuilles, déchets végétaux de cuisine, paille et terre. Puis laisser faire la magie de la vie !
    La chaleur désintégrera les substances organiques par un phénomène de réchauffement (50-70°C) dû à l’action des bactéries. Et quelques mois plus tard, vous pourrez profiter d’une matière organique qui fera le bonheur de vos plantes et légumes !

  • Le lombricompostage
    Cette technique est la solution optimale pour tous ceux qui n’ont pas de jardin. Garanti sans odeur, le lombricompostage vous permettra de valoriser tous vos déchets organiques courants. Et vous pourrez exploiter ce compost pour vos plantes aromatiques et vos fleurs de balcons.
    Au final le bilan est plus que positif pour notre planète : on réduit non seulement la fabrication de sacs poubelles, mais on amoindrit aussi les transports aux incinérateurs ce qui modère les effluves de CO2 et permet des économies d’énergie. Le lombricompostage s’associe au savoir-faire des charmantes bébêtes que sont les vers. C'est eux qui par leur action vont permettre la formation du lombricompost. Ce dernier présente différents avantages : il est sans odeur et représente un engrais très efficace, qui lui est bien évidemment non toxique pour les sols et la nappe phréatique. Comme tout engrais classique, il est riche en éléments minéraux et favorise la croissance des végétaux.
    Quant au choix des vers, il est conseillé d’utiliser des vers à fumier (Eisenia foetida) qui se nourrissent de déchets organiques en putréfaction.
    Il est très simple de fabriquer un lombicomposteur à la maison, il suffit de vous munir de 4 bacs de frigolite et un couvercle. Pour se faire, consultez le site Consommer durable.
    Il est aussi possible, pour les moins bricoleurs, d’acheter un lombricomposteur chez de multiples fournisseurs


> D'autres informations sur les sites listés en haut à droite de cette page, sous "EN SAVOIR PLUS".



< retour aux gestes du mois
< retour accueil

INSCRIVEZ-VOUS
C'est rapide et gratuit

 CONSEILLER CE SITE A